Société Royale d'Histoire "Le Vieux Châtelet"


Vous êtes ici : Accueil » patrimoine » culturel » foire de la Poterie

Foire de la Poterie

Géants de Bouffioulx

En 1970, le Syndicat d'Initiative de Bouffioulx créa une "foire de la Poterie" qui, depuis lors, se répète régulièrement le week-end qui accompagne le premier dimanche de juillet.

La foire - à laquelle participent les maitres-potiers de Bouffioulx et de Châtelet - a pour objectif de mettre en vedette et de promouvoir le vieil artisanat local au moyen de diverses manifestations populaires, commerciales, culturelles, sportives et folkloriques.

Ces dernières sont constituées essentiellement par un cortège qui se déroule le dimanche après-midi et comprend, outre diverses sociétés musicales et carnavalesques extérieures, des groupes et chars locaux, parmi lesquels les "Petites Potières" et le char de "la Bonne Chope".

Des géants figurent également au sein du cortège : Mossieu Pichet, Madame Amphore et Mamzelle Chopinette.

Aux lendemains de la troisième foire de la Poterie, le comité du Syndicat d'Initiative de Bouffioulx, qui était alors présidé par Georges Staquet, décida d'enrichir le folklore local et le cortège carnavalesque de la foire, en créant deux géants auxquels furent donnés les noms de Mossieu Pichet et Mamzelle Amphore. Ces deux géants débonnaires jaillirent, sans la moindre référence historique, de l'imagination de leurs créateurs. "Ce sont deux personnages drôles, amusants, dont les noms, Amphore et Pichet, sont des dénominations de produits fabriqués dans les ateliers de poterie. Le corps de Mamzelle Amphore ressemble à une amphore et celui de Mossieu Pichet est bien rond et pansu comme un pichet de vin". Leur construction, rapide et d'une excellente facture, fut achevée le 6 novembre 1972.

A peine nés, les deux "grands citoyens d'honneur" de Bouffioulx furent unis pour le meilleur comme pour le pire, en 1973, lors de la quatrième foire de la Poterie. La cérémonie officielle de mariage s'est déroulée, en grandes pompes, en présence d'un public nombreux et amusé, par un temps ensoleillé, le dimanche 1er juillet, à 11 heures, à l'issue de la messe dominicale.

Toutes les autorités locales étaient réunies pour assister aux épousailles officiellement célébrées par le bourgmestre Marcel Biron et l'abbé Paul Simon, curé de la paroisse; elles se déroulèrent sur la place de France, en face de la maison communale car la taille de Jules Pichet et Caroline Amphore les empêchait de gagner la salle des Mariages. Comme pour un mariage "normal", le "mayeur" donna lecture, en présence des témoins, Georges Staquet, président du Syndicat d'Initiative de Bouffioulx et Robert Vaes, secrétaire communal, des actes de l'état civil.

En voici le texte :

(Noms et Prénoms) Pichet Julet et Amphore Caroline. L'an mil neuf cent soixante-treize, le premier du mois de juillet, à onze heures, par devant, Nous Marcel Biron, Bourgmestre

Officier de l'Etat Civil de la commune de Bouffioulx, arrondissement judiciaire de Charleroi, province de Hainaut, ont comparu publiquement, en notre maison communale, d'une part :

Jules Pichet, figurant, né à Bouffioulx, le six novembre mil neuf cent septante-deux, domicilié à Bouffioulx, fils des membres du Comité Organisateur de la Foire de la Poterie, domiciliés à Bouffioulx, ici présents et consentants et d'autre part :

Caroline Amphore, figurante, née à Bouffioulx, le six novembre mil neuf cent septante-deux, domiciliée à Bouffioulx, fille des membres du Comité Organisateur de la Foire de la Poterie, domiciliés à Bouffioulx, ici présents et consentants.

Lesquels Nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux et dont la publication a été faite devant la principale porte de notre Maison communale, le dimanche dix-sept juin mil neuf cent septante-trois.

Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été notifiée, faisant droit à leur réquisition, après avoir donné lecture de toutes les pièces fournies par les parties contractantes et du chapitre six, titre cinq, du Code Civil, intitulé "Du Mariage", avons demandé au futur époux et à la future épouse s'ils veulent se prendre pour mari et pour femme; chacun d'eux ayant répondu séparément et affirmativement, Déclarons, au Nom de la Loi, qu'ils sont Unis par le Mariage.

De quoi, Nous avons dressé acte en présence de Georges Staquet, âgé de quarante-six ans, syndicaliste, domicilié à Bouffioulx, sans lien de parenté ni alliance avec l'époux et Robert Vaes, âgé de quarante-trois ans, Secrétaire communal, domicilié à Bouffioulx, sans lien de parenté ni alliance avec l'épouse.

Après lecture du présent acte, les époux, les père et mère de l'époux, les père et mère de l'épouse et les témoins, l'ont signé avec Nous.

Le 1er juillet 1973.
L'Officier de l'Etat Civil,
M. Biron.

Le bourgmestre remit ensuite au président du Syndicat d'Initiative, le livret de mariage officiel "attestant l'authenticité de cette union". A son tour, le curé Paul Simon, entouré de ses enfants de choeur, "procéda à la bénédiction nuptiale". L'après-midi, Mossieu Pichet et Madame (elle n'était plus Mamzelle) Amphore participèrent joyeusement au cortège folklorique dont les "jeunes mariés" furent les vedettes.

Dans le discours qu'il avait prononcé lors de la cérémonie nuptiale, le "mayeur" Marcel Biron avait formulé l'espoir "de voir" ce nouveau couple jouir dans les années à venir d'une nombreuse postérité, portant les noms de "Pot, Grès et Vase, qui assurerait la postérité du couple". Il fallut attendre quinze ans pour que le souhait du bourgmestre soit exaucé. En effet, ce n'est qu'en 1988, lors de la dix-neuvième foire de la Poterie que fit sa première sortie l'enfant si désiré : Mamzelle Chopinette.

Dans le carnet de mariage de ses parents, Jules Pichet et Caroline Amphore, Chopinette est déclarée née le 23 août 1987, à Bouffioulx. Elle fit ses premiers pas, en compagnie de ses père et mère, en participant, le dimanche 3 juillet 1988, au cortège folklorique de la dix-neuvième foire de la Poterie.

Le baptême de Chopinette a eu lieu le dimanche 21 août 1988 à l'occasion des festivités qui marquèrent le vingtième anniversaire du jumelage de Bouffioulx et Campagnoles, petite localité normande où naquit un soldat français tué, à Bouffioulx, lors de la bataille de la Sambre, en août 1914, et toujours enterré dans le vieux cimetière communal. Le jumelage avait eu lieu en août 1968 et avait marqué le cinquantième anniversaire des combats. C'est sous la pluie que s'est déroulé, le 21 août 1988, le baptème de Chopinette. La cérémonie eut lieu rapidement sur la place de France, en présence des notabilités locales et des hôtes français. Le baptême fut célébré par le curé de la paroisse de Bouffioulx-Centre, l'abbé Rousseau qui, à cette occasion, interpréta une chanson qu'il avait composée en l'honneur de la poterie. La marraine de Mamzelle Chopinette est Mme. Jeannine Ernest, épouse du président du Syndicat d'Initiative de Bouffioulx, Claude Haequart, son parrain est Roger Fossey, maire de Vaudry, localité française proche de Campagnolles et organisateur du jumelage. La cérémonie fut prolongée par une réception qui se déroula en la salle Buffalo. Un vin d'honneur y fut servi tandis que la marraine offrait des dragées.

Depuis lors, chaque année, le premier dimanche de juillet, les trois géants, Mossieu Pichet, Madame Amphore et Mamzelle Chopinette, constituent un des éléments importants et un des attraits du cortège folklorique organisé à l'occasion de la foire de la Poterie de Bouffioulx.

Source
Mossieu Pichet - Madame Amphore - Mamzelle Chopinette, géants de Bouffioulx (Marcel Nihoul)





Les potiers de Bouffioulx et Châtelet

Les potiers de Bouffioulx et Châtelet


Magritte à Châtelet

Magritte à Châtelet