Société Royale d'Histoire "Le Vieux Châtelet"


Vous êtes ici : Accueil » patrimoine » religieux » églises

Eglises

(un petit lexique se trouve au bas de la page)

Saint-Géry (Bouffioulx Centre)

église Saint-GeryErigée en paroisse vers 1610, cette ancienne dépendance de Châtelet possédait déjà au XVIe siècle une importante chapelle. De cette époque subsiste le choeur semi-hexagonal élairé par des fenêtres ogivales bordées de larmiers.

En 1774, on agrandi l'édifice et on le dota d'une nouvelle tour, d'une nef de quatre travées à colonnes toscanes et de bas-côtés à voûtes domicales; le choeur reçut un stucage Louis XV. La nef est percée d'oeils-de-boeuf et les bas-côtés de fenêtres néo-gothiques datant de la fin du XIXe siècle; une des deux annexes encadrant le choeur fut construite en 1904

Saint-Ferdinand (Bouffioulx - Chamborgneau)

église Saint-FerdinandEdifice néo-roman réalisé en 1913 par l'entrepreneur Hector Hocq et bénit la même année. Il est formé par un chevet plat et une nef unique animée intérieurement de grandes arcades.

En façades deux annexes enserrent une tour en ressaut. Cette dernière est éclairée par des baies néo-romanes et présente une entrée surmontée d'un linteau en bâtière et agrémentée de deux reliefs représentant la Vierge à l'Enfant et le patron de la paroisse.

Saints Pierre et Paul (Châtelet Centre)

église Saints-Pierre et Paul

Ancienne église

L'ancienne église du lieu, à la collation du chapitre de Saint-Lambert de Liège jusqu'à la Révolution, fut démolie en 1867. Elle s'inscrivait dans le courant hennuyer des sanctuaires gothiques du XVIe siècle et possédait un choeur à cinq pans, un double transept, des bas-côtés avec contreforts et une importante tour édifiée à partir de 1552. Le vaisseau central retouché au début du XVIIe siècle et au siècle suivant était percé d'oeils-de-boeuf et surmonté d'un clocheton polygonal.

Nouvelle église

La nouvelle église décanale, oeuvre de l'architecte Eugène Carpentier, de Beloeil, fut rebâtie de 1867 à 1871. Le plan développe un vaste sanctuaire néo-gothique à trois tours, deux en façade et une plus importante à la croisée du transept. On compte également deux tourelles adossées à la partie orientale du transept et une nef avec bas-côtés se prolongeant par un choeur profond bordé d'un déambulatoire. Après l'incendie survenu en 1937, l'architecte gantois Valentin Vaerwijck fut chargé de relever l'édifice, il apporta quelques modifications intérieures. L'inauguration de l'église en 1941 marqua la fin des travaux commencés en 1939.

Notre-Dame de Patience (Châtelet - Boubier)

église Notre-Dame de PatienceLe projet de cet éfifice fut primé en 1903 au concours des églises rurales. Son auteur, l'architecte gantois Valentin Vaerwijck, se basa sur des modèles gothiques en les adaptant à la liturgie du début du siècle.

En façade, deux annexes et un porche précèdent la nef qui se prolonge par un chevet plat épaulé de contreforts et percé d'un oculus. La tour et la tourelle d'accès se dressent au décrochement entre le choeur et la nef.

Des lancettes éclairent l'ensemble du bâtiment, à l'intérieur les retombées des voûtes reposent sur des culots agrémentés d'anges et de têtes humaines. Edifié de 1906 à 1907 en grès verdâtres de Dolhain, le sanctuaire fut fortement endommagé par la guerre. En 1948 l'architecte René Alsteen, de Châtelet, procéda à sa restauration.

Immaculée Conception (Châtelet - Faubourg)

église Immaculée ConceptionGrâce à la munificence de mademoiselle Coraly Pirmez, la paroisse du Faubourg possède depuis près d'un siècle son édifice de culte. La mise en chantier débuta en 1878 et prit fin en 1879; un an plus tard eut lieu la consécration du bâtiment.

L'auteur des plans, l'architecte Elie Piérard, opta pour le style néo-roman et pour une disposition traditionnelle comprenant un choeur, un transept, des bas-côtés, une nef de quatre travées avec voûtes d'arêtes et une tour avec tourelle d'accès. Le portail agrémenté d'une archivolte abrite un bas-relief en marbre provenant de l'ancienne église décanale.

Saint-Barthelemy (Châtelineau Centre)

église Saint-BarthelemyEdifiée grâce à la générosité de Rosalie Pirmez, cette église remplace depuis 1911 le sanctuaire précédent qui datait de 1855. En 1909 les architectes Jules et Henri Dal, de Châtelineau, réalisèrent les projets du nouveau temple et lui imprégnèrent un style néo-roman très caractérisé.

Extérieurement une tour marquée de nombreuses baies et arcatures précède une nef centrale et des bas-côtés qui aboutissent sur un important transept et se prolongent par deux chapelles et un choeur en abside.

Intérieurement la nef avec sa charpente apparente compte cinq travées reposant sur des colonnes à chapiteaux variés, la croisée du transept a reçu une voûte d'arêtes. Le souvenir des anciens seigneurs du lieu est marqué par deux imposants monuments en marbre.

Sainte-Marie (Châtelineau - Corbeau)

église Sainte-MarieConçue par l'architecte Valentin Vaerwijck, de Gand, cette église néo-romane présente un plan basilical rassemblant une nef à plafond plat, des bas-côtés et un choeur terminé par une abside en cul-de-four. La tour est plantée latéralement dans le pignon occidental.

A l'intérieur, les murs de la nef centrale reposent sur des arcades s'appuyant alternativement sur des piliers forts et sur des colonnes à chapiteaux. Extérieurement le parement en grès verdâtres de Dolhain, contribue à souligner la sobriété et le caractère roman de ce sanctuaire construit de 1906 à 1907.

Saint-Antoine de Padoue (Châtelineau - Taillis Pré)

église Saint-Antoine de PadoueUne tour intégrée au corps du bâtiment, une nef de cinq travées accostée de collatéraux et un choeur à chevet semi-hexagonal forment le plan général de cette église néo-gothique.

Construite vers 1876 par la famille Pirmez, elle resta leur propriété jusqu'en 1897. Deux ans plus tard elle devint définitivement bien paroissial.

Lexique

(Le Petit Larousse illustré 2012)

  • larmier n.m. (de larme) Archit. : moulure en saillie d'un mur, généralement creusée par en dessous d'un canal qui évite aux eaux pluviales de ruisseler sur la façade.

  • nef n.f. (du lat. navis, navire) Archit. : partie d'une église de plan allongé qui s'étend depuis le choeur ou le transept jusqu'à la façade principale ou au narthex; chacun des vaisseaux parallèles pouvant composer cette partie : Nef principale. Nefs latérales.

  • narthex : n.m. (du grec narthêx) Archit. : portique ou vestibule transversal, à l'entrée de certaines églises paléochrétiennes et médiévales, où se tenaient les catéchumènes et les pénitents.

  • travée : n.f. (le l'ancien français trév, poutre) Constr. : espace compris entre deux points d'appui principaux d'un ouvrage de construction; partie verticale d'une élévation, délimitée par des supports (colonnes, piliers) consécutifs.

  • des colonnes toscanes : adj. Ordre romain d'architecture inspiré du dorique grec.

  • bas-côté : n.m. Arch. : collatéral d'une église moins élevé que le vaisseau central.

  • des voûtes domicales :

  • ressaut : n.m. (ital. risalto) Rupture d'alignement d'un mur, en avancée ou en renfoncement.

  • en bâtière : assemblé de pièces de menuiserie ou de charpente.

  • transept : n.m. (mot angl. du latin trans, au-delà de, et saeptum, enclos) Archit. : vaisseau transversal qui sépare le choeur de la nef et forme les bras de la croix, dans une église en croix latine.

  • contrefort : n.m. Archit. : massif de maçonnerie élevé en saillie contre un mur ou un support pour l'épauler.

  • vaisseau : n.m. (du bas latin vascellum, petit vase) Archit. : espace intérieur, généralement allongé, occupant la plus grande partie de la hauteur d'un bâtiment, ou, au moins, plusieurs étages.

  • oeil-de-boeuf : n.m. Archit. : lucarne à fenêtre ronde ou ovale.

  • clocheton : n.m. Archit. : amortissement en forme de petit clocher.

  • une église décanale :

  • déambulatoire : n.m. Galerie circulant autour du choeur d'une église.

  • oculus : n.m. (mot latin "oeil") Archit. : petite baie de forme circulaire ou proche du cercle, munie ou non d'un panneau vitré (synonyme : oeil-de-boeuf).

  • lancette : n.f. Archit. : arc brisé plus aigu que le tiers-point, dans l'art gothique.

  • culot : n.m. (de cul) Archit. : ornement en force de calice d'où partent des volutes, des rinceaux; petit cul-de-lampe.

  • les grès verdâtres de Dolhain :

  • arête : n.f. (du latin arista) Archit. : angle saillant formé par la rencontre de deux surfaces.

  • archivolte : n.f. (italien : archivolto) Archit. : face verticale moulurée d'un arc.

  • arcature : n.f. Archit. : suite décorative de petites baies surmontées d'un arc, ouvertes ou aveugles.

  • cul-de-four : n.m. Archit. : voûte formée d'une demi-coupole.

  • chapiteaux : n.m. (du latin caput, capitis, tête) Archit. : élément élargi qui forme le sommet d'une colonne, d'un pilier et qui est généralement constitué d'une échine ou d'une corbeille surmontée d'un abaque, ou tailloir.

  • collatéral : n.m. Archit. : vaisseau latéral ou bas-côté d'une nef d'église.

  • chevet : n.m. (u latin caput, tête) Archit. : partie postérieure, externe du choeur d'une église.




Les potiers de Bouffioulx et Châtelet

Les potiers de Bouffioulx et Châtelet


Magritte à Châtelet

Magritte à Châtelet